Avoir le sourire…Quand on ne s’y attend pas!

Depuis quelques temps je me prends à avoir le sourire un peu sans raison, ou du moins à des moments ou je ne m’y attend pas du tout…

Le sourire…C’est important un sourire, le mien je ne l’aime pas trop, mais les gens eux…l’aime (en fait je comprend qu’on se pâme devant ma bouche, si j’étais humaine je me pâmerai devant aussi…). Le sourire on le ressent au téléphone, dans une intonation…

On entend l’ironie dans ce sourire en coin, on entend la gentillesse dans ce sourire franc, le sourire d’un enfant, d’un adulte, d’un vieillard, quand il est sincère on est quasiment obligé de le rendre, c’est automatique, nos zygomatiques répondent à notre cerveau, ce dernier quand il est heureux souri, et c’est là que le sourire auquel on ne s’attendait pas arrive!

Pour ma part il augmente le plaisir qu’a ressenti le cerveau, sentir ses lèvres se distendre sans pouvoir les contrôler je trouve ça magique.Surement des restes de l’enfance…

Je suis quelqu’un qui sourit tout le temps, même quand je pleure … c’est dire, c’est dans ma nature, je suis et j’ai toujours été comme ça, c’est un précieux indicateur pour mon entourage qui sait au moins quand je ne vais pas bien…

Alors pourquoi cette réflexion d’un coup?

C’est pas vraiment compliqué, il y’à moins de 20 minutes je me suis prise à sourire d’un coup, comme ça, et j’ai adoré…

Ça fait parti de ces petits plaisirs qu’on à de temps à autres…

 

Petite liste non exhaustives de ces choses qui m’ont fait sourire et qui m’ont prise par surprise ces derniers temps :

* Il y’à 20 mn environ, une blogueuse est réapparu, elle m’a manquée, alors j’ai souri bêtement quand j’ai eu confirmation que c’était elle.

*Agoaye, m’a dit qu’elle aimait bien quand je faisais la chèvre « bêêêê » (j’arrête elle dit que je parle trop d’elle après *-*)

*J’ai senti le vent glacé sur mon visage et mes jambes.

*J’ai regarder Amélie Poulain, mode sourire niais activé pendant 1h30.

*Une voiture m’a éclaboussé en passant (et la j’pensais pas sourire quand même)

*Je regarde le temps froid et gris par ma fenêtre avec ma tasse de thé au caramel et au miel…

Voilà, voilà, alors oui ce sont des choses qui font sourire, mais faut dire qu’en ce moment je ne pensais pas en être capable,comme quoi quand c’est dans notre nature on y peux pas grand chose…

Publicités

2015: Année de l’horreur, mais pas que, la gratitude aussi!

Alors oui, en 2015 j’ai été comme beaucoup, j’ai eu peur, j’ai été en colère, j’ai été triste, je me suis sentie démunie, impuissante, inutile.

Toutes ces émotions pourraient résumer l’année 2015.

Mais je ne veux pas que ces mots résume cette année la, car il y’en a un qui m’est venu naturellement, la gratitude.

Pourquoi?

Beaucoup de raisons, déjà parce que j’en ai marre d’être en colère, d’avoir peur, d’être triste, de vivre dans une bulle morose. Et puis parce que cette année à permit de faire ressortir le meilleur chez beaucoup de gens, la ou elle aura fait sortir le pire chez quelques uns.

De la gratitude pour ces gens, qui spontanément sont sortis dans la rue en janvier dernier, qui se sont réunis pour une idée commune, mais aussi justement pour communier ensemble, pour qu’on ne se sente pas seul, pour qu’on ne fasse plus qu’un, qu’on fasse corps tous ensemble contre ce qui touche à nos  valeurs profonde, pour ces gens qui chacun à sa façon à déposer un dessin, une bougie, une fleurs, laisser une larme s’échapper ou encore consoler son voisin.

De la gratitude à tout ces gens qui restent intelligents, et qui ne mettent pas tout les musulmans dans le même sac, j’ai envie de crier un grand merci à toutes ces personnes qui accueillent les migrants, ces familles qui fuient leurs pays, la guerre, la misère, les horreurs.

De la gratitude à ces héros du quotidien, qui ont sauvés des dizaines de vie, dans le Thalys, ou en cachant des gens dans une chambre froide, et à toutes ces personnes qui ont risqués leur vie pour sauver de façon désintéresse celle des autres, pour la simple et bonne raison qu’il font parti du genre humain, que nous en faisons tous partis.

De la gratitude j’en ai ressenti pour chaque image, message, émissions montrant des gens se recueillant dans les rues, devant les lieux attaqués, se soutenant alors qu’ils ne se connaissent pas du tout, et qu’ils ne se reverront surement jamais, même au fin fond de ma province j’ai pu ressentir de la gratitude.

Je suis surtout reconnaissante envers le genre humain, parce que si on se rend compte qu’il est capable du pire, et l’année 2015 nous l’a bien prouvé, il à aussi démontré qu’il est capable du meilleur, de belles choses, de l’amour, du soutien, de la tendresse, du recueillement, l’année 2015 nous aura apporté un arc-en-ciel de larmes, des larmes de colère, de joie, de tristesse, de gratitude, et ces dernières m’ont marqués, car ce sont celles qui ont coulés sur les joues le plus souvent.

C’est l’histoire d’un divorce…

Oh ne faites pas cette tête, ça arrive à tout le monde il paraît…Et la décision venant de moi, inutile de vous dire que je ne m’épancherai que peu…

Quoique…si ça se trouve ça me va bien de m’épancher, et puis ça vous surprendrait hein? hein? hein?

Non? Tsss même pas drôle…

 

Bref, le divorce d’un bâtonnet de poisson et d’un hareng c’est un peu comme fut notre couple, notre mariage, notre rencontre…Parfait!

Oui le divorce ne rend pas modeste (on peut toujours rêver), et oui j’en plaisante, parce que le hareng, il l’a pas si mal pris, alors si hein, on a beaucoup pleuré tout les deux, car dans nos cœurs de poissons c’est de la guimauve, mais au bout de 2 ou 3 jours le hareng, il en est arrivé à la même conclusion, il était plus amoureux non plus…

Constat évident en fin de compte, y’a des signes qui ne trompent pas, alors la on va me dire, vous auriez pu raviver la flamme etc…oui mais non, parce que pour ça il faut des braises, et ni de son côté, ni du mien il n’y’en avait…

Alors comment ça se passe?

Bah on à vécu en coloc jusqu’à la fin de notre préavis d’un mois qui se termine le 1er février…Vu qu’on était super potes avant (à défaut d’être super amoureux)bah on est encore plus super potes maintenant!

D’ailleurs on à même réussi à savoir à partir de quand environ on était plus amoureux, ça remonte à plus d ‘un an quand même…

 

L’avantage dans notre séparation, c’est qu’on ne renie aucun moment vécu, on est conscient qu’on à eu de la chance de tomber l’un sur l’autre, on à grandi mutuellement, on s’est aidés, on à découvert des gens merveilleux, et on à toujours été tolérant et bienveillant l’un envers l’autre, je pense que ce respect mutuel et notre complicité était la base de notre couple, et c’est ce qui nous as permis de traverser cette épreuve (ou cette évidence, j’hésite sur le terme du coup!) sans heurts…

 

Bon après il à fallu beaucoup dialoguer avec la famille, avec nos amis, parce que si nous le constat « On ne s’aime plus = Divorce » est évident, force est de constater que ça ne l’est pas toujours…Mais maintenant, je crois que tout le monde est assez tolérant vis à vis de notre histoire, de voir que ni l’un ni l’autre ne souffre doit aider à mon avis…

Enfin voila, c’est un nouveau départ, tout simplement, Le hareng retourne à Tours, sa ville qu’il aime tant (on peut comprendre pourquoi hein!) Et moi je retourne chez mes parents (ouai c’est temporaire hein!) en attendant de filer vers ma nouvelle vie Bretonne, mais ça c’est la suite de l’histoire…et cette suite je vous la raconterai très très bientôt…C’est l’histoire d’un requin… 😉
Image

 

Voilà, voilà, je vais bien, tout vas bien!

Et vous? Comment ça va ce début d’année?